ECRIRE UNE MONOGRAPHIE LOCALE

sources et témoignages

Pierre- Bénite, par Marie Noëlle Gougeon,

auteur de Pierre-Bénite, de la terre au fleuve , une mémoire engloutie

Mme Gougeon, ancienne enseignante et journaliste, a présenté un travail de monographies locales réalisées à partir de documents personnels et qui concernent deux communes voisines : Irigny et Pierre-Bénite.

Le 1er ouvrage, sorti en 2014, " Et nous, nous ne l'embrasserons plus " à l'occasion du centenaire de la guerre de 14-18 a été écrit à partir de la correspondance de ses grands parents (natifs de ces deux villages) composée de plus de 1000 lettres. Son travail a été nourri également de documents relatifs à la guerre, de photos, de journaux d'époque, de papiers administratifs, la recherche sur l'identité des soldats tués de la commune d'Irigny, la lecture d'ouvrages historiques etc..

A partir de ce matériau, Madame Gougeon a réalisé le récit de la vie au quotidien à l'arrière, dans ces deux communes vécue par des jeunes gens meurtris par cette guerre, mais continuant à vivre malgré tout.

Le deuxième ouvrage sorti en 2019, à l'occasion des 150 ans de l'indépendance de la commune a été conçu à partir d'archives familiales. Pierre-Bénite est le village natal de Mme Gougeon dont la famille (maraîchère) a habité la même maison au centre du village de 1827 jusqu'à 2020, mais qui était déjà présente en 1578 !

Son père a été l'un des fondateurs de la 1ère association du Patrimoine de Pierre-Bénite, mais aussi conseiller municipal, responsable agricole au niveau départemental.

Grâce à lui et aux documents qu'il avait conservés, Mme Gougeon a pu les croiser avec des ouvrages historiques, des articles de journaux, des ouvrages de littérature. Ensuite, et après consultation des archives municipales d'Oullins, de la ville de Lyon et des Archives départementales, l'ancienne journaliste à écrit un livre de mémoire patrimoniale sur cette commune des bords du Rhône depuis la Renaissance (les Florentins et leurs maisons des champs dans la campagne lyonnaise), en passant par l'époque révolutionnaire jusqu'aux bouleversements urbanistiques et routiers des années 60 : réalisation de l'autoroute A7 et du barrage de Pierre-Bénite. Evènements qui ont bouleversé à tout jamais le " village ". Ce fut là, sa ligne rédactionnelle et la raison d'être du titre de l'ouvrage : " Pierre-Bénite, de la Terre au Fleuve, une mémoire engloutie ".

Pour illustrer tout cela, Mme Gougeon nous a montré une cinquantaine de photos toutes issues de l'ouvrage et retraçant rapidement quelques éléments majeurs de l'histoire de Pierre-Bénite.

En conclusion, on peut dire qu'à partir d'éléments d'une histoire personnelle et singulière, en ayant à cœur de conserver et faire revivre ces documents que l'on peut retrouver dans des greniers ou au fond de placards, en prenant le temps de les remettre en perspective historique, en les croisant avec des documents d'archives, ou des ouvrages historiques, ils vous entraînent bien naturellement à écrire leur histoire, avec labeur bien sûr et au final, beaucoup de joies.. Et souvent en faisant revivre cette histoire villageoise, on n'est jamais à l'abri d'une belle découverte familiale, l'existence d'ancêtres que l'on n'imaginait pas…

L'Histoire est un fabuleux jeu de piste.

Pour finir, Mme Gougeon nous distribua un résumé des différents points qui avait guidé sa méthodologie.

Enfin, voici l'adresse de son site, où l'on peut lire différents articles relatifs à ses découvertes et son expérience, un onglet contact, ainsi que des extraits des deux ouvrages, en vente en librairie. www.marienoellegougeon.com

Pour ceux qui n'ont pas Internet voici ses coordonnées postales : Mme Gougeon Marie Noëlle, 6 rue des Anémones 6963a Chaponost Tel 06 78 31 03 31

M. Galland remercie Mme Gougeon pour son brillant exposé. Il présente ensuite un catalogue des sources qui sont consultables aux Archives départementales pour établir l'histoire des communes. Il signale en outre que les dossiers du pré-inventaire y sont conservés et consultables, ce qui n'est par le cas de ceux de la conservation des antiquités et objets d'art qui doivent rester confidentiels.

Actuellement un travail est fait auprès des communes de moins de 2000 habitants pour les convaincre de déposer leurs archives anciennes (délibérations des conseils municipaux, archives paroissiales, archives des notaires).

Monsieur Galland invite les personnes qui ont réservé le déjeuner à se diriger vers une salle où des plateaux repas les attendent.

A l'issue du repas il est proposé de suivre la visite commentée " du Rhône au fleuve Bleu "

Marcelle Casoli Secrétaire USHRLM